Smaller Default Larger

L’histoire mérite d’être contée…

-Septembre 1971 : Bernard Chungue, jeune bachelier polynésien vient de s’inscrire en première année de DEUG Maths-Physique à la faculté de Sciences de Talence-Bordeaux. Il rencontre sur les bancs de l’amphithéatre le tout aussi jeune Sylvain Paré et tous deux se lient d’amitié. Sur le campus, il y a aussi, Alphonse Chène qui s’est inscrit en prépa Sup de Co et René Chansin étudiant en 4ème année de médecine et pratiquant de karaté et d’Aïkido au Dojo Michigami à Bordeaux.

 

-Les 4 mousquetaires s’informent des activités sportives proposées sur le campus. Un peu par hasard, ils découvrent le Dojo de Sciences Université Club où René Le Menn dirige la section d’Aïkido, art martial récemment apparu en France et de modeste notoriété en comparaison avec le Judo.

-Justement, dans un mouvement synchrone où se jouent des destins, est arrivée une jeune japonaise, Emiko Inoue, deuxième dan d’Aïkido venue apprendre le français à la demande de son Maître Hirozaku Kobayashi, afin d’être son interprète lors de ses stages en France.

-Emiko Inoue montre un Aïkido de toute beauté et d’une évidente efficacité qui enchante nos étudiants qui s’inscrivent, in petto.

-Sylvain est le plus subjugué. Le Maître lui-même, arrive un jour de janvier 73, au Dojo pour un cours inopiné sous les yeux émerveillés des pratiquants.

-Sylvain décide de suivre exclusivement ce Maître à la technique flamboyante. Ce dernier passe plusieurs mois par an en Europe pour diffuser son enseignement. Il le fera jusqu’en 1998, année de sa mort. Ainsi, pendant plus de vingt ans, le jeune Sylvain, étudiant puis enseignant, utilisera toutes ses vacances d’été à suivre le plus souvent possible, les stages de ce Maître emblématique en France et en Europe.

-Les années passent….

-Un jour, au décours d’une conversation, le Maître lui enjoint d’enseigner à son tour ce qu’il a appris.

-Sylvain obtempère et ouvre en 1981 le CM Floirac Aïkido qu’il anime jusqu’en 1994.

-Il se retrouve ensuite dans l’Aude près de Carcassone, à Montolieu dit le « Village du Livre et des arts » où il continue à enseigner à un petit groupe de pratiquants fidèles.

-Il a gardé des liens étroits avec Emiko, devenue Maître et la fait venir régulièrement dans son Dojo. Il retrouve également avec plaisir les anciens disciples du Maître lors de stages en France, Belgique ou Italie.

-Et les autres mousquetaires ?

-Bernard conjugue aussi, études et pratique de l’Aïkido. À son retour de France, en 1977, il est 2ème dan et continue la pratique avec Michel Brun et André Pithon au dojo de Heiri à Faaa puis au dojo Feipi à Papeete.

-Alphonse quitte Bordeaux pour Montpellier et poursuit l’entraînement en Aïkido auprès de hauts gradés de styles variés. Il revient à Tahiti en 1983 avec un 2ème dan.

-René abandonne plusieurs années la pratique pour se consacrer à ses études et sa vie familiale. Il revient à Tahiti en 1979 avec le 1er Kyu.

Où la vie continue…..

-Habituellement, un pratiquant sur dix poursuit de façon prolongée la pratique de l’Aïkido.

Nos quatre mousquetaires, déjouant les statistiques, ont persévéré.

-Bernard, Alphonse, René, avec André puis Patrick Cojan vont former le noyau dur de l’association polynésienne d’Aïkido puis de la fédération polynésienne.

-les liens avec l’école Kobayashi sont étroits : Maître Emiko Inoue est venue trois fois à Tahiti sur l’invitation de la fédération. Maître Yabuüchi, un élève de Maître Kobayashi est venu deux fois. Une grosse délégation fédérale s’est déplacée en 2005 à Osaka, Kyoto et Nara pour suivre, entre autres, l’enseignement de ces Maîtres.

45 ans plus tard, les retrouvailles….

-Bernard a gardé des liens étroits avec Sylvain et le revoit lors de vacances en France.

-Sylvain publie un livre sur l’Aïkido : « Aïkido : la pensée incorporée » en 2016 à la mémoire et en hommage à son Maître.

-Bernard avertit Patrick, Alphonse et René de la sortie du livre.

-Patrick, président de la Fédération Polynésienne profite d’un voyage en France, pour prendre contact avec Sylvain et revient avec quelques exemplaires, vite acquis par les pratiquants.

-Sylvain et Jocelyne, son épouse, également pratiquante expérimentée décide de passer de longues vacances en Polynésie. Grâce à Bernard qui met à leur disposition un hébergement, le couple arrive à Tahiti en juillet 2019.

-Les retrouvailles sont joyeuses. Sylvain est invité à montrer sa pratique, sa recherche dans les différents dojos de la fédération et accepte d’animer un stage de 4 jours (à Erima, Manu Ura et Moorea) suivi avec assiduité par les pratiquants.

-Leur retour en France approche.

Coup d’oeil sur le passé…et l’avenir

-Au bout de tant d’années de pratique, quel bilan en retirer et quels enseignements pour la génération à venir ?

-L’entraînement en Aïkido représente une ascèse, souvent ingrate, car les progrès sont lents et difficiles à garder.

-Parlant de la médecine, Hippocrate disait dans un aphorisme : « La vie est courte, l’art est long, l’occasion fugitive, l’expérience trompeuse, le jugement difficile »

-Cet adage s’applique parfaitement à l’Aïkido.

- Parlant de son Maître, Sylvain le décrit comme un exemple à suivre ; il montre le chemin qui permet de ne pas se fourvoyer dans une impasse.

-Pour Sylvain, « notre champ de bataille, et pour longtemps encore, c’est nous-mêmes : il nous faut continuer à lutter contre cet hydre qu’est l’égo, à anéantir l’égoïsme, à exterminer les préjugés, à abattre les petits sergents qui nous habitent, cesser de courir les honneurs qui n’en sont pas …... »

-Alors, quel bilan chacun peut-il faire ? Sous les apparences, des « transformations silencieuses » sont en gestation permanente, modifiant sans cesse, notre pratique, et surtout notre esprit. Aïkido : la pensée incorporée ?

-Si la plénitude de l’existence est présente en chaque pratiquant, alors l’Aïkido aura atteint son but.

René

La Fédération

Bienvenue sur le site de la F.P.A.

Voir
La Fédération

Les Clubs

Découvre les clubs et dojos de Polynésie.

Voir
Les Clubs

L'Aïkido

L'Aïkido pour quoi, pour qui ?.

voir
L'Aïkido
Evènements F.P.A. à venir
  • 19 Nov 2019
    Michel SHAN - ERIMA De 17:30 a 19:00

  • 20 Nov 2019
    Alphonse CHENE - ERIMA De 17:30 a 19:00

  • 21 Nov 2019
    Gustave SOI LOUK - ERIMA De 17:30 a 19:00

  • 22 Nov 2019
    Teta SHAN - ERIMA De 17:00 a 18:30

  • 23 Nov 2019
    René CHANSIN - VAITAVATAVA De 11:00 a 13:00

Rejoignez nous sur nos réseaux sociaux

     messengeraccueil facebook1     Instagramtwitter     flickr    linkedingoogle+ Youtube pinterest